Le nettoyage ethnique selon Dieu

Publié le par Thra

Suite à la pièce Anathème j'ai eu envie de réunir sur cette page quelques extraits tirés de la bible (l'ancien testament) particulièrement explicites. On y voit dépeint un Dieu rageur qui pousse son peuple à accomplir les pires atrocités , les exhortant entre-autres au génocide, pillage, viol (de vierges naturellement, autant ne pas s'embêter) etc. En fait la conquête de la terre promise s'est faite sur les base d'un nettoyage ethnique systématique dans la population de chaque région conquise. Dieu indique les peuples à éradiquer et les hébreux s'exécutent, et ils ont plutôt intérêt à s'y mettre parce qu'il leur est promis le sort de leurs victimes si ils ne se montrent pas assez enthousiastes à la tâche (heureusement ils se montrent d'assez bonne volonté et montrent une certaine application). Cette volonté exterminatrice s'applique également aux brebis égarées de son propre peuple  bien entendu, tout déviant devra être éliminé fusse-t'il un frère, une mère, un ami aucune pitié et si c'est une ville entière celle-ci doit disparaître de la surface de la terre, habitants (pas de tri: hommes, femmes enfants et vieillards) et animaux  doivent être éradiqués.  On notera la poésie de l'expression "dévouer par interdit" qui signifie tout simplement "tuer sans pitié" dans ce contexte.

 Certaines citations peuvent paraître redondantes mais j'ai voulu montrer que ces passages ne sont pas anecdotiques et que la bible en est truffée dans certains de ses livres, surtout dans le Deutéronome et le livre de Josué, mais sachez que je suis loin d'avoir tout cité. A ce titre le Deutéronome est un concentré de ce qu'il y a de pire dans une religion, outre l'énumération des peuples exterminés "jusqu'au dernier" on y trouve de longues listes de représailles envers le peuple de Moïse en cas de non observance de la volonté de Dieu, ces listes font preuve d'une exhaustivité et d'une inventivité tout à fait remarquable et j'imagine le plaisir (pervers? non tout de même pas on parle d'un texte sacré tout même) de/des l'auteur(s) de ces lignes. Parmi ces menaces on y trouve une évocation troublante de vérité de la diaspora et d'un retour à la terre promise. Ce passage fera peut être l'objet d'un prochain article.

Maintenant les questions que je me pose sont:

- Pourquoi les chrétiens n'ont-ils pas renié l'ancien testament? Le Christ tel qu'il est décrit dans les évangiles est à première vue à l'opposé de ces tendances meurtrières et de ces invitations à ce qu'il faut bien appeler un crime contre l'humanité.

- Comment peut-ont encore prêter serment sur ce texte dans de nombreux pays, notamment la "plus grande démocratie du monde"?

- Par quel grand écart ou tour de passe-passe réthorique/théologique/herméneutique les juifs pratiquants parviennent-ils à justifier que de tels passages soient sacrés et aient leur place dans leur texte de référence. Quelle est la valeur de cette terre promise qui aurait-été acquise au prix de génocides répétés et du nettoyage ethnique de la région?

- Comment faites-vous Chrétiens et Juifs progressistes pour vous reconnaître dans ces écrits? Peut être justement, vous ne vous y reconnaissez pas mais dans ce cas comment revendiquez vous votre foi et votre appartenance à ces religions qui les reconnaissent comme sacrés et dont la véracité n'est pas sujet à remise en question?

-> Vers la page Bible et génocide

titjgjndsojsdvsti_bug_fck

Publié dans Religion

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ti'hamo 05/03/2008 15:28

D'accord. Là, parfaitement d'accord.
Mais donc pas d'inquiétude, si ce n'est là ni ton but ni le mien, non ?

ti'hamo 04/03/2008 17:13

...ceci dit, les "stratagèmes" décrits par Schopenhauer, sont-ils forcément condamnables ?

J'ai surtout l'impression qu'il décrit des effets que l'on utilise plus ou moins naturellement et consciemment,
(c'est assez amusant de le lire, en ce sens, comme décortiquer nos discussions même les plus banales),

d'autre part dans un genre de "disputation" publique (n'y a qu'à voir les "débats" télévisés), l'aspect "duellistes" ou "combat naval" et le maintien du public en haleine, et de l'interlocuteur aussi,
entrent pour une bonne part dans "l'accroche" de leur esprit, le maintien de l'attention, et finalement la possibilité de les toucher un peu... non? (enfin, non, c'est pas ce que je voulais dire) enfin, à voir.

tout dépend de l'usage qu'on en fait, je suppose.

Thra 04/03/2008 20:56

Ils sont dommageables à partir du moment où ils prennent le pas sur le fond et servent plus à attaquer son interlocuteur que de discuter ses propos.

Trazom 03/03/2008 21:23

Moui ti'amo, c'est pas faux... mea culpa

ti'hamo 03/03/2008 16:23

(soit dit en passant, vouloir discréditer un interlocuteur en lui disant "tu uses des arguments décrits par Schopenhauer et c'est pas bien",
est une pétition de principe,
est un changement de sujet par rapport à la discussion,
est un arguent ad hominem.

Qui sont 3 stratagèmes justement décrits par ce même Schopenhauer dans ce même ouvrage.
héhé. :-)

ti'hamo 03/03/2008 16:02

bon bon bon, juste pour clarifier :
- j'ai précisé que mes études touchaient à la biologie, juste par honnêteté (genre je pose une question innocemment sur un sujet qu'a priori je maîtrise un peu mieux que d'autres matières, je laisse les gens essayer de répondre t puis "mais non hahaha vous avez rien compris". Donc j'annonce la couleur direct, c'est tout.)

(a-làlà, triste société où l'honnêteté est d'abord prise pour du calcul égoïste... :-)

- je ajoutais juste une petite remarque, à propos de l'étonnement face au "racisme" de Darwin (dont moi-même je n'étais pas au courant, je ne connaissais que les thèses racistes s'appuyant sur ses théories, mais après lui).

Je ne dis donc pas que le darwinisme, quoiqu'on en pense, soit en soi raciste,
mais qu'il n'y a aucune opposition entre darwinisme et racisme, et même que des thèses racistes se sont fondés sur le darwinisme, en restant très logiques.

En effet, si on voit l'évolution telle que décrite par Darwin :
- il s'agit de la survie du plus adapté, donc on peut assez facilement justifier de l'annexion ou de l'éradication ou de la domination sur son voisin, en disant que c'est comme ça, c'est la sélection naturelle, il est moins apte et puis tant pis pour lui.

- telle qu'elle est décrite à l'origine, on y trouve quand-même il me semble une idée d'amélioration progressive. C'est à la mode à cette époque, le culte du pogrès, tout ça,
c'est une idée qu'on retrouve à la base aussi bien du nazisme que du communisme. (ancien = mort, vieux, dépassé, obstacle à l'"évolution", nouveau = avantage adaptatif, évolution, futur forcément mieux)

- en tous les cas, formulé de cette manière, il serait assez facile de voir les personnes en apparence "inaptes", comme des inaptes, justement, et des boulets qu'il faut empêcher de disséminer leurs mauvais gènes pour préserver la survie de l'espèce (là aussi, on retrouve le côté "considérer l"humanité", le "groupe", l'"espèce", plutôt que chaque individu).
ce qui a été fait.

- Enfin et là j'insiste, le darwinisme ne conclue pas avant tout à ce que tous les individus soient tous les membres d'une même famille gloria halleluja.
Clairement, la conclusion est bien que dans une même espèce les individus sont par nature inégaux, puisque certains seraient porteurs par mutation de caractères leur donnant un avantage évolutif, tandis que d'autres seraient condamnés de par leur naissance à un désavantage adaptatif.


D'où on conclue effectivement que pour dépasser ce genre de conclusion, on est d'accord, il faut être, en fait, déjà conscient, avant, de cette égalité de chaque être humain. soit qu'on soit chrétien, soit qu'on soit humaniste, soit qu'on soit je ne sais quoi.
Autrement dit que l'eugénisme n'est pas justifié, ni le racisme, qu'à condition de fonder sa compréhension de l'humain dans plus que la simple biologie, ou le matériel, oui.


ceci étant, ça nous a complètement écartés de la discussion de départ.
(au passage : il est plus exact d'opposer, à "évolutionnistes", "fixistes" plutôt que "créationnistes", puisqu'un créationniste peut être évolutionniste...)

Thra 03/03/2008 19:32

Je ne vois pas réelle alusion au progrés dans la théorie de l'évolution, d'ailleurs on parle bien d'évolution donc dans le sens de la transformation et non d'amélioration de la nature. La nature ne s'améliore pas, on peut simplement observer des complexifications et des diversifications (ou extinctions). Le milieu évolue et les espèces vivantes doivent s'y adapter, donc il y a primauté de l'évolution milieu sur l'évolution de la vie donc la vie ne s'améliore pas mais réagit à l'environement. On peut objecter que la vie influe également sur le milieu, l'exemple le plus frappant est par exemple notre industrie qui transforme complètement (entre autres) la composition de l'atmosphère (mais les plantes le font aussi), cela rajoute une donnée de plus dans la compréhension des processus dévolution et de son histoire mais ne remet pas en cause que la vie apparait sous certaines conditions environementales qui ne relèvent pas du viant. Mon étonnement quant à Darwin provient probablement d'une certaine naïveté qui attribue trop de qualités aux hommes qui ont été à la pointe de leur domaine. D'autant que sa théorie de l'évolution présuppose quand même un socle commun à toute vie (gloria halleluja si tu veux). Il a probablement fait l'erreur commune d'attibuer une hiérarchie à son arbre de l'évolution."Autrement dit que l'eugénisme n'est pas justifié, ni le racisme, qu'à condition de fonder sa compréhension de l'humain dans plus que la simple biologie, ou le matériel, oui."Plusieurs choses à dire, premièrement le terme de racisme est inconsistant car du fait des mélanges ethniques et de la définition problématique des races lorsqu'on essaie d'appliquer ce concept à l'homme il est très difficile de dégager un concept de race précis et applicable en tous domaines (même en se tenant à la stricte biologie). Deuxièment effectivement l'eugénisme ne peut être justifié sans avoir établi de vérité absolue de ce qu'est l'amélioration du genre humain, ce qui a pour préalable la définition de l'humain et de l'amélioration. Et je souhaite bonne chance à celui qui viendra me présenter ces définitions qui d'une part seraient de valeur universelle et qui d'autre part contiendrait une justification de la pratique de l'eugénisme en regard de ces définitions. L'eugénisme moderne (par opposition à l'eugénisme antique comme celui des spartiates qui ne connaissaient pas encore la théorie de Darwin) n'est qu'une interprétation idéologique de la théorie de l'évolution.